HistMap : réseau européen pour l'histoire des cartes géologiques

histmap

Le projet HistMap

La première « Big Science » : la carte géologique, 1800-1900

L’étude de la cartographie géologique durant le dix-neuvième siècle et au-delà soulève le problème crucial des relations complexes entre les États modernes européens, la science et l’opinion publique.

Jusqu’ici, le sujet a été peu traité par les historiens des sciences, de la formation des États européens contemporains, de l’administration et de la législation. C’est étonnant selon nous. En effet, la constitution et le fonctionnement des organismes publics chargés de la cartographie géologique représentent un des premiers exemples de « big science » établi dans le monde occidental, et exporté vers certaines colonies comme l’Inde britannique ou l’Indonésie hollandaise. Le relevé, le dessin et la publication d’une carte géologique couvrant l’ensemble d’un pays demandaient un effort soutenu pendant plus de six decennies en moyenne. Le soutien des Parlements, des élites et de l’opinion publique se révéla crucial quand certaines de ces entreprises traversèrent une crise majeure et subirent la critique (comme ce fut le cas en Italie pendant les années 1880, en France pendant les années 1860, ou en Belgique pendant les années 1870), ou quand il s’avéra qu’aucun des avantages économiques promis ne s’était matérialisé. Les cartes géologiques impliquaient le travail d’un grand nombre de géologues, de dessinateurs et d’imprimeurs ; la constitution de collections, d’écoles et de musées ; elles impliquaient également la résolution de litiges entre les organismes ou institutions publiques au sujet du droit à l’accès à une propriété privée ou militaire, et au sujet de la divulgation d’informations concernant les risques potentiels ou les richesses au sein d’une région ou d’une province.

Finalement, cela revient à expliquer pourquoi les Services Géologiques de certains pays (l’Angleterre et les Etats-Unis par exemple) arrivèrent à gagner du terrain et à prospérer tout au long du dix-neuvième et vingtième siècles, alors que d’autres, les Italiens en particulier, ou les Français (dans une moindre mesure), subirent des hauts et des bas dramatiques dans l’indifférence générale. La géologie appliquée à la cartographie, cela a été affirmé, n’a pas sa place au sein du Panthéon de la science contemporaine. Ainsi, la compréhension de la négligence historiographique aussi bien qu’épistémologique envers un des premiers exemples de la « big science » constitue en soi un des objectifs de ce site web que nous lançons, et nous invitons les historiens de la géologie, les historiens, les géologues, les archivistes et le personnel des bibliothèques de recherche à travers le monde à y apporter leur contribution.

Pietro Corsi, Professeur à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. juillet 2004.

Back

Editeur/editor : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk - Le site internet est hébergé sur la grille de services de la TGIR Huma-Num.